Espace Naturel Sensible “Butte et marais de Saint-Pierre-le-Chastel”

L’E.N.S. (espace naturel sensible) “Butte et Marais de Saint-Pierre-le-Chastel”

 ens-de-paloux 

Ce site, d’une superficie de 65 ha, regroupe deux types de milieux naturels particulièrement intéressants du point de vue de la faune et de la flore. Le projet de labellisation a été porté par la commune, qui souhaite protéger cet espace et le faire connaître du public.

ens-de-st-pierre-le-chastel

La butte de Saint-Pierre se caractérise par la présence de landes à genêts à balais et de pelouses sèches sur basalte. Elle offre une vue panoramique exceptionnelle sur la vallée de la Sioule, la Chaîne des Puys et le plateau de Gelles. Le marais a un rôle écologique majeur (filtre naturel, écrêtement des crues…) et possède une mosaïque d’habitats liés aux zones humides tels que la jonçaie, la solaie ou encore la mégaphorbiaie. C’est un endroit privilégié pour la reproduction d’oiseaux d’eau et pour le stationnement de nombreux oiseaux migrateurs.

Ce site a été classé espace naturel sensible (ENS) en 2010.


Balade découverte :

 20160611-102159

Le samedi 11 juin 2016, une poignée de « curieux » promeneurs, affublés de jumelles et d’épuisettes, a profité de la belle matinée ensoleillée pour faire une sortie au cœur de l’ENS de Saint Pierre le Chastel.

20160611-111134 img-2922 img-2907-2

Le guide naturaliste expérimenté, Laurent Lonchambon du CPIE de Clermont 20160611-103128 a emmené son petit groupe à travers le marais pour (re)découvrir la flore et observer la faune qui peuple ce lieu protégé.

img-2925 img-2933-2

Sur ce site où l’homme a laissé une empreinte forte, la biodiversité demeure riche et remarquable. Prêle, Iris jaune, Milan, Triton, Libellule, Poule d’eau, Héron,Dytique, Têtard, Limnée sont quelques unes des espèces découvertes ce jour là… 

img-2941 img-2942

img-2921


ENS : Partez à la découverte de l’ENS “Butte et marais de Saint-Pierre-le-Chastel, un espace contrasté à découvrir”.

Un parcours pédestre de 4.5 km pour découvrir une faune et une flore incomparables dans le plus vaste marais du département.

Des plaquettes sont disponibles gratuitement en Mairie ou à l’Office du Tourisme de Pontgibaud.

 

 


En savoir plus sur la restauration et la valorisation de l’espace naturel sensible (ENS) Butte et Marais de Saint Pierre le Chastel.


Curiosités

TROU DE GLACE :

La cheire du Puy de Côme qui est une des plus belles coulées de lave de la Chaîne des Puys (10 km de long sur 4 km de large), a laissé un chaos volcanique aux particularités assez étonnantes.

Cette étendue recouvre une partie du territoire communal de Saint Pierre le Chastel tout près des villages de Bannières et de Tournebize.

Dans cette cheire près du village de Bannières, depuis des siècles, des phénomènes naturels extraordinaires, mystérieux ne manquent pas d’intriguer.

Faire une promenade dans la Cheire, c’est voir des roches, des mousses et des lichens, des fleurs sauvages….tout en étant dans un environnement au calme un vrai paradis pour le randonneur.

Frissons garantis. Promenez-vous dans cette cheire, une journée avec une température extérieure avoisinant les 25°. Soudain un courant d’air frais, semblant sortir de nulle part, vient vous chatouiller les mollets. Rassurez-vous, ce n’est pas le fruit de votre imagination. C’est tout simplement que vous êtes à proximité d’un “trou ou creux de glace”.

trou-de-glace-saint-pierre-le-chastel

Dans ces trous en forme d’entonnoirs de 20 à 30 m de diamètre pour 5 à 10 m de profondeur, la température au fond des cavités n’excède pas les 5 degrés. C’est au fond de tels creux que peut se former de la glace.

Alors comment expliquer ce phénomène paradoxal de formation de glace en été ? Et bien, il nous faut faire un petit peu de physique.

Ce phénomène résulterait, en tout cas c’est l’hypothèse la plus probable, d’un choc thermique dû à la différence de températures importantes entre l’intérieur et l’extérieur qui génère des courants d’air. Si l’atmosphère dans le trou est très humide, l’eau se dépose sur les parois poreuses froides. Cette eau évaporée prélève beaucoup de chaleur et provoquerait un refroidissement allant jusqu’au gel.

Jusqu’au 20ème siècle ; les locaux utilisaient cette glace pour soigner les malades, conserver les denrées périssables.

————————-

CAVES A FROMAGES

Au 19ème siècle (1840), la plus célèbre de ces glacières naturelles, située près de Bannières a été aménagée en cave à fromage par Antoine Roussel de Laqueuille pour affiner son Bleu d’Auvergne dont il était l’inventeur.

Devant le succès remporté par ses fromages bleus, la famille Roussel intensifia sa fabrication et a été très vite à la recherche d’un lieu pour conserver et affiner ses fromages. C’est alors qu’on lui proposa de construire ses caves dans la cheire de Bannières.

Et quelles caves pour l’époque ! Quatre murs plantés dans le trou en forme de cratères, une partie recouverte par une voute, l’autre d’une simple toiture en brique : humidité constante et idéale pour un affinage lent des bleus, température se maintenait exactement à 4°. Environ 50 tonnes de fromages pouvaient y être affinés, fromages transportés sur un véhicule tiré par une paire de vaches.

Il n’en reste aujourd’hui que les vestiges dangereusement éboulés, site sur lequel on évitera de s’aventurer.


LE CAMP DES CHAZALOUX

En se rendant dans la Cheire cette fois-ci près « Tournebize », des amas de pierres sur plus de 2 hectares témoignent d’une installation humaine ancienne.

Il s’agit de vestiges d’une cité médiévale mystérieuse, le camp des Chazaloux. C’était une forteresse naturelle entourée de creux très difficilement franchissables.

On estime le nombre de cases entre 65 et 70. Pas de maçonnerie, toutes les murailles sont en pierres sèches et brutes, il ne reste absolument rien des débris de toiture, ce qui fait supposer que la toiture était en bois et en terre.
A diverses époques, c’est ce que l’on retrouve dans plusieurs écrits, des objets ont été découverts dans ce camp et dans le voisinage : une armature de lance, faucilles, flèches, en bronze, 3 clés à anneau, poterie et des bergers ont trouvé une boite pleine de monnaies datées du moyen-âge.

Fait curieux : l’endroit est le site d’une double installation.

En effet, le camp du maquis des cheires a été établi à deux mille ans d’intervalle du camp dit de Chazaloux un emplacement qui a servi pendant la deuxième guerre mondiale de « camp de relais » pour de jeunes résistants avant qu’ils ne soient dirigés vers le Cantal.

Il y a encore quelques années, l’office du Tourisme local proposait des itinéraires balisés et des randonnées guidées, mais malheureusement ce n’est plus le cas aujourd’hui depuis que l’office du tourisme est devenu intercommunal.

La commune de Saint Pierre le Chastel étant propriétaire d’un trou des trous de glace, des caves à fromages ainsi que des terrains du camp des chazaloux, travaille sur un projet qui viserait à permettre au public de découvrir ou redécouvrir cette richesse patrimoniale et historique.

Avec l’appui du Syndicat Mixte pour l’Aménagement et le Développement des Combrailles, acteur important pour son aide technique apporté au dossier d’aménagement du camp des Chazaloux, il a été évoqué la possibilité de créer un chemin d’interprétation qui relierait les 3 sites, le camp des chazaloux, les caves à fromages et le trou de glace. Ce sentier pourrait aussi être relié à celui déjà existant de l’ENS.

Notre objectif est :
– d’améliorer la connaissance du site des chazaloux par l’organisation de fouilles archéologiques et relevés faunistiques,
– de valoriser ces 3 sites,
– de canaliser les flux de visiteurs et de sécuriser bien évidemment l’accès aux différents sites tout en respectant la fragilité des milieux,
– d’aménager un sentier d’interprétation avec panneaux d’informations reliant ces 3 sites mystérieux.

Randonnées

Une petite promenade est proposée au départ du promontoire de Saint Pierre.

Rendez vous derrière ce panneau.

img-0151

img-0148


Parcours pédestre à la découverte de l’ENS “De la butte au marais de Saint-Pierre-le-Chastel”.


Connaissez-vous le géocaching. Il s’agit d’une cache aux trésors nouvelle génération.

Pour découvrir notre commune d’une manière ludique et originale

Il existe également d’autres caches, créées par des particuliers. Accès via le site www.geocaching.com


Deux autres randonnées traversant notre commune sont proposées par l’Office du Tourisme des Combrailles.

Une vision originale, avec en toile de fond la Chaîne des Puys.

img-9725

Sur ces terres d’élevage de moyenne montagne, une randonnée avec comme étape la butte de Saint-Pierre-le-Chastel et son église perchée.

  • Distance (km) / Durée : 7,5 km – 2h
  • Durée du circuit : 1 à 2 heures
  • Difficulté : 3 – Moyen
  • Dénivelé : 230 mètres
  • Commune de départ : MAZAYE
  • Commune d’arrivée : MAZAYE
  • Balisage : Bleu
  • Thématique : Campagne, Patrimoine, Panoramique

Description de l’itinéraire : Du panneau de départ, descendre la route en passant devant la mairie jusqu’à la croix dressée au milieu d’une fourche.

1 – Emprunter un chemin humide à droite qui débouche sur un large chemin. Virer à gauche et cheminer jusqu’à la D 579. Tourner à gauche et emprunter de suite le sentier à droite pour entrer dans le hameau de Bonnabaud. Monter à gauche puis descendre à droite entre la croix et le métier à ferrer jusqu’à la route.

2 – Virer à droite sous l’abreuvoir. A la sortie du village, à la croix (point de vue sur la vallée de la Sioule) emprunter le chemin herbeux à gauche en contre bas du mur d’enceinte du château. A la route D 579a, proche du passage à niveau, prendre à droite sur 200 m et emprunter le chemin en face, sans issue, jusqu’ à la station d’épuration. Monter pleine pente les escaliers puis le sentier pour rejoindre le plateau de Saint-Pierre-le-Chastel (point de vue sur le Sancy).

moutons-sancy

S’engager à gauche pour rejoindre le cimetière et l’église.

img-9729

Contourner la salle polyvalente et emprunter la route à gauche pour descendre jusque devant la mairie.

3 – Prendre la route à gauche et à la sortie du village emprunter à droite, en rétrograde et en contre bas, le chemin pour rejoindre le ruisseau de Mazayes. Le traverser et monter en face, rester à gauche et continuer jusqu’à un croisement en T. Emprunter le chemin à droite et poursuivre jusqu’au ruisseau de la Vergne. Virer à droite pour le traverser et monter jusqu’à une croix. Descendre le chemin à gauche puis à une croix en pierre prendre à droite dans Mazayes Basse pour rejoindre le départ.

A voir : – Site et église (XIème) de Saint-Pierre-le-Chastel. – Petits patrimoines (croix, fontaine, puits). – Vue sur la vallée de la Sioule (Combrailles), sur le Sancy et sur la Chaîne des Puys – faille de Limagne.

Télécharger la fiche :


Étang de la Faye – Village des Rosiers

img-9414

  • Distance (km) / Durée : 14 km – 3h45
  • Durée du circuit : 2 à 4 heures
  • Difficulté : 3 – Moyen
  • Dénivelé : 307 mètres
  • Commune de départ : BROMONT-LAMOTHE
  • Commune d’arrivée : BROMONT-LAMOTHE
  • Balisage : Jaune
  • Thématique : Campagne, Lacs et rivières, Panoramique

Description de l’itinéraire : Départ – Suivre le chemin partant du panneau vers le nord-ouest sur environ 2 km jusqu’au pont sur l’autoroute. Continuer tout droit sur 100 m jusqu’au croisement.

1 – Prendre à gauche, continuer tout droit, franchir le ruisseau et monter la route à droite jusqu’à la ferme de Lavidon. Tourner à gauche devant le bâtiment d’habitation et monter le chemin jusqu’au croisement en T.

2 – Partir à gauche en direction de l’autoroute, passer dessous, traverser le ruisseau et monter tout droit jusqu’à un croisement. Tourner à droite, passer le ruisseau et rester sur ce chemin jusqu’au hameau de Geneix.

3 – À la sortie du hameau tourner à gauche, suivre le chemin jusqu’au petit bois (environ 500 m). Virer à droite jusqu’à la route et continuer en face jusqu’au bois du puy de Neuffont. Prendre à droite, contourner le bois sur environ 1,2 km jusqu’à un carrefour avec une route (attention : on croise un autre circuit qui part à droite). Continuer tout droit en direction du village de Neuffont. En vue des premières maisons, quitter le goudron pour prendre à gauche un chemin herbeux qui mène à la route D 566 à l’entrée du village de Neuffont.

4 – Traverser la route et prendre le chemin en face, 50 m plus loin, prendre à gauche (on quitte la partie commune avec l’autre circuit). À l’orée du bois continuer à droite et descendre en négligeant les sentiers latéraux jusqu’à l’étang de la Faye.

2013-03-29-14-47-16

Longer la digue jusqu’à son extrémité.

5 – Prendre le chemin de droite. Au croisement suivant continuer à droite et descendre vers le village des Rosiers.

img-9425

Au vu des premières maisons, tourner à gauche (vue sur la Chaîne des Puys et le massif du Sancy).vue-chaine-des-puys 100 m plus loin monter à gauche un chemin goudronné par endroits, le suivre jusqu’à la sortie du bois.

6 – Prendre à gauche une piste qui longe ce bois. On croise un chemin, le prendre à droite jusqu’au point de départ.

A voir : L’étang de la Faye. – Vue sur la Chaîne des Puys et le massif du Sancy.


Retrouvez aussi sur la page Facebook de l’office du tourisme des Combrailles, les activités de pleine nature en Combrailles. www.facebook.com/Activitesd…

Monuments

L’église de Saint-Pierre-le-Chastel :

st-pierre-2009-278

L’église de Saint-Pierre-le-Chastel apparaît dans les textes en 1165 lorsque le pape Alexandre III la confirme dans les possessions de l’abbaye bénédictine de Mozac, près de Riom.

De cette époque, elle a conservé sa structure romane, qui a fait l’objet de nombreuses reprises aux siècles suivants. Au nord du sanctuaire se dressait un château aujourd’hui disparu, mentionné lui aussi au XIIème siècle ; son souvenir s’est conservé dans le nom de la commune et l’on peut encore, sur place, lire dans le sol l’emprise de ses bâtiments.

On a toutefois de bonnes raisons de penser que la butte de Saint-Pierre-le-Chastel a été occupée bien avant l’époque romane. Cela est suggéré, d’abord, par le site lui-même, identique aux éperons barrées des bordures limagnaises où un peuplement est souvent attesté dès le néolithique.

Cela est suggéré aussi par le toponyme Chastel, qui semble, dans la région, plutôt caractéristique des forteresses du début du Moyen-âge.

Il faudrait, enfin, mentionné la dédicace de l’église de Saint-Pierre aux liens, l’une des nombreuses figurer sous lesquelles était vénéré le prince des apôtres. Ce culte, originaire de Rome et lié aux chaînes avec lesquelles Saint-Pierre aurait été retenu captif.

eglise-de-saint-pierre_le_chastel

Le Château de Bonnebaud

Construction au 13e siècle d’un donjon carré, agrandi aux 14e et 15e siècle par l’ adjonction d’une tour ronde au sud, puis la construction d’une enceinte quadrangulaire délimitant une cour fermée. Aménagement de logis aux 17e et 18e siècles, avec présence de boiseries et de décors peints du 17e siècle. Au 18e siècle, création de jardins formés de parterres. chateau-de-bonnabaud-st-pierre-le-chastel _ Ajout de décors à la fin du 19e siècle. Le plan de l’ édifice traduit une continuité ininterrompue du Moyen Age à l’ époque moderne. Ce Château a été classé en totalité monument historique par arrêté du 19 mai 2003. Ce château, appartenant à un propriétaire privé, ne se visite pas.

 

 

Article du bulletin municipal de 2012 sur Jean de Bonnebaud.

 

 

chateau-bonnabaud-a-saint-pierre-le-chastel